Réactions : un enseignant comparaît devant la justice

Publié le par Sensitive

 


      Un professeur de technologie dans un collège du Nord 
   est poursuivi en correctionnelle pour avoir donné une gifle 
  à un élève de onze ans, au cours d'un incident durant lequel
                        l'élève l'a traité de "connard".
 

                          Une affaire qui fait réagir...
 

 



Le professeur, âgé de 49 ans, a reconnu avoir giflé, lundi 28 janvier au matin, un élève de 6ème après que celui-ci l'eut traité de "connard". 
A l'origine de l'échange, l'enseignant se serait agacé du désordre sur une table.



Cette affaire, qui ne décolle pas du niveau du fait divers, fait beaucoup parler d'elle. D'abord par les circonstances qui l'ont suivi : le père de l'élève, gendarme de profession, a été convoqué après l'incident et s'est présenté en uniforme. 
Il a aussitôt porté plainte et le professeur a été placé en garde à vue pendant 24 heures et sera jugé le 27 mars prochain.



L'enfant est retourné en cours l'après-midi même, a précisé le rectorat. 
Il doit cependant faire l'objet d'un suivi psychologique.


A l'instar de ses collègues et de nombreux parents d'élèves du collège Gilles de Chin à Berlaimont, près de Maubeuge, l'enseignant qui a giflé l'élève, juge son geste excessif et a expliqué que le coup était "parti tout seul". 
Mais il trouve aussi disproportionnées par rapport aux faits, sa garde à vue et sa comparution devant le tribunal d'Avesnes-sur-Helpe.



Lien pour écouter le témoignange du professeur mis en cause au micro d'Europe 1

     http://www.lavoixdunord.fr/dossiers/videos/professeur.phtml



Jeudi, rassemblés sur le parking du collège, parents, anciens élèves et collègues ont souligné le sérieux et la conscience professionnelle du professeur.
Beaucoup s'étonnent de la sévérité des autorités, plusieurs d'entre eux l'attribuant au fait que la "victime" est fils de gendarme.


Les syndicats d'enseignants et les fédérations de parents d'élèves, sans défendre le geste, se sont étonnés de la judiciarisation de l'affaire.


Le ministre de l'Education Xavier Darcos a demandé au recteur de Lille de veiller à ce que l'élève soit sanctionné également. 
"Dans l'immense majorité des cas (...) ce sont souvent les professeurs qui sont les victimes, et je ne voudrais pas qu'un fait divers, aussi scandaleux soit-il, fasse oublier la réalité quotidienne", a affirmé le ministre au cours de la soirée sur RTL. 

                                             
                                         -------------------------------------


Mon commentaire face à cette affaire effarante :

Ce cher parent gendarme, qui sait pourtant ce que respect veut dire, surtout vis-à-vis d'un agent de l'état, devrait commencer par éduquer son fils...

Qu'on ne s'étonne pas si les collèges deviennent des lieux d'irrespect (de la personne, du matériel) si un gamin de 11 ans peut en toute impunité insulter un professeur et si les parents du fautif, au lieu de sanctionner leur enfant, se permettent d'envoyer l'enseignant devant un tribunal !

Et ce "pauvre petit" qui aura besoin d'un suivi psychologique ! 
Mais de qui se moque-t-on ?
Qui est le plus traumatisé dans cette affaire ?

Que ceux qui approuvent la comparution au tribunal de ce professeur, entrent donc dans l'arène, face à 25 ou 30 adorables têtes blondes, et les fassent travailler, ne serait-ce qu'une semaine !!!
Peut-être auront-ils moins de velléités d'envoyer un enseignant qui perd son sang-ftoid devant un juge...


Tout le monde se souvient de l'image de François Bayrou  donnant une gifle à un gamin qui lui faisait les poches pendant la campagne 2002. 
Même si cela n'a guère de rapport (ce n'était pas en milieu scolaire), je ne puis m'empêcher de me rappeler que personne ne l'a traîné devant un juge...


Un commentateur (http://decoupsdecoeurenpassions.over-blog.com/)
m'indique qu'un autre blog parle de cette "affaire"... Merci à toi Chrisalain.
Voici le lien vers l'article du 01/02/2008   http://alain.sage.over-blog.com/



                                                                                        Sensitive-colère

Publié dans Faits de société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
tu sais j'ai cinquante ans et à l'époque où j'étais à l'école (petite classe ou lycée) si je me prenais une gifle et que je me plaignais à mes parents ils m'en collaient illico une deuxième avec obligation d'aller m'excuser auprés du prof. Moi je suis une non violente, mais c'est au père que j'aurais envie d'en claquer une, surtout que si son fils est au lycée, il doit avoir un peu connu la même discipline que nous...<br /> Enfin, ce que j'en dis n'engage que moi.
Répondre
S
Merci chrisalain pour le lien vers le site d'Alain sage, réagissant, lui aussi sur "l'affaire". Je vais mettre le lien dans mon article.<br /> Sensitive
Répondre
G
Bonjour SENSITIVE ! Tout à fait d'accord avec toi. On vit dans une société qui n'a plus du tout, du tout, aucun, aucun repère, c'est effrayant, effrayant. (Non ce n'est pas l'écho, c'est le reflet de ma stupéfaction).<br /> PS : moi aussi j'aime Saint Ex.<br /> Gilbert
Répondre
C
un autre blog en a fait egalement un article<br /> http://alain.sage.over-blog.com/article-16196206.html<br /> bien d'accord avec toi! c'est scandaleux qu'un professeur soit traine devant la justice pour un tel fait!où est le respect de l'autorite? où sont les limites? les jeunes n'en connaissent plus ,soutenus par leurs parents ...mais où va t on?
Répondre
P
ça y est j'ai corrigé !!! Viens visiter mes blogopotes, ça vaut le coup, je crois! Gros bisous
Répondre